Lexique

Liste alphabétique du vocabulaire utilisé par la Fonderie PACCARD depuis 1796. Ce glossaire - non exhaustif - contient des termes relatifs aux cloches, à leur fabrication, à leurs usages, à leur histoire. N'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, suggestions ou demandes.


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
A
Abat-son :
Volet horizontal incliné, permettant de renvoyer le son des cloches d'un clocher, d'un beffroi ou d'un campanile vers le sol.


Abrégé :
Système de transmission dans un carillon ou dans le clavier d'un carillon.


Abris d'horloge :
Petite cabane en bois abritant une horloge mécanique.


Accord :
Etant des instruments de musique, les cloches d'une même sonnerie, ou d'un carillon, doivent être accordées entre elles. On parle alors d'accord entre les cloches.


Accordage :
La voix d'une cloche est composée de plusieurs notes appelées harmoniques. Pour que le son d'une cloche soit harmonieux, il est nécessaire que chacun de ces harmoniques soit juste et équilibré. L'accordage est la technique qui permet, par enlèvement de matière à l'intérieur de la cloche, d'accorder celle-ci.


Aiguilles :
Pièces en métal indiquant les heures et les minutes sur les cadrans monumentaux.


Airain :
Nom poétique du bronze de cloche. Par extension, désigne la cloche elle-même : la Voix d'Airain.

Alliage :
Mélange de plusieurs métaux. Le bronze est un alliage de 78% de cuivre et de 22% d'étain.

Amortissement :
Durée d'extinction d'une note.


Analyse musicale :
Recherche des fréquences des notes (ou harmoniques) d'une cloche.


Angélus :
Sonnerie rappelant la salutation de l'Ange Gabriel à la Vierge Marie lors du Mystère de l'Annonciation. Créée au XIème siècle par le Pape Urbain II, sous la forme d'une double récitation (soir et matin), son usage fut généralisé par le roi Louis XI en 1472, qui lui donna également sa fréquence actuelle : matin, midi et soir. Le plus souvent, cette sonnerie se présente sous la forme de trois fois trois coups, vers 7h00, midi et 19h00, horaires pouvant varier selon les régions.


Anse :
Partie supérieure de la cloche, coulée dans la masse et permettant de fixer la cloche à une monture (ou joug), pour la faire sonner à la volée.


Anse double :
2 fois 2 anses parallèles situées perpendiculairement au plan de balancement de la cloche.


Anse mère :
Point de jonction de toutes les anses (voir Maîtresse anse).


Anse simple :
1 fois 2 anses situées dans le plan de balancement de la cloche.


Anses :
Anses ou couronne: ensemble des bras constituant le sommet d'une cloche permettant sa fixation au joug, à une poutre.


Antimoine :
Métal quelquefois employé, dans certains pays, à faible dose (1 à 2 %) comme subsitut de l'étain.


Appiau :
Patois du nord de la France. Mot désignant l'appel aux cloches, comme dans l'expression "battre les appiaux".


Argile :
Composant de base de couches constituants le moule extérieur de la cloche.


Ars Sonora® :
Marque créée et déposée par le groupe PACCARD, désignant un concept architectural et musical dont la matière première et la source d'inspiration est la cloche.


Autel :
Seuil de la porte d'un four par laquelle on introduit (sacrifie) les métaux.


Axe :
Axe d'oscillation du battant ou de la cloche.


Azote :
Gaz permettant de dégazer, de purifier le métal avant la coulée.


B
Bancloche :
Voir Cloche banale.


Baptême :
Cérémonie religieuse calquée sur le sacrement du baptême, lors de laquelle une cloche est bénie et consacrée. Elle reçoit alors un nom de baptême.


Bassin ou bain de coulée :
Entonnoir situé au sommet d'un moule, recevant le métal liquide.


Battant :
Pièce en métal ferreux attaché au centre de la cloche qui vient frapper la cloche au point de frappe intérieur pour la faire sonner.


Battant-lancé :
Se dit d'un battant lancé vers le haut lorsque la cloche est à son point haut. La monture est droite.


Battant-rétrograde :
Se dit d'un battant qui tombe sur le point de frappe inférieur, lorsque la cloche est à son point haut. Le joug doit être équilibré.


Battant-rétrolancé :
C'est un battant équilibré qui est lancé vers le haut lorsque la cloche est à son point haut. La monture est cintrée.


Battant-rétromitigé :
Se dit d'un battant tombant sur le point de frappe inférieur, lorsque la cloche est à son point haut. Dans ce cas le joug est cintré.


Battement :
Phénomène dû à la superposition de 2 vibrations de fréquences très voisines.


Baudrier ou brayer :
Epaisse lanière de cuir permettant de de fixer le battant à la bélière.


Beffroi :
Charpente installée à l'intérieur d'un clocher. Elle peut-être en bois, en fer et même en pierre (Guincamp)


Beffroi édifice :
Se dit d'un édifice en forme de tour ou de clocher, à vocation municipale.


Beffroi mur :
Voir Clocher mur.


Bélière :
Insert métallique qui permet l'accrochage du battant.


Bord :
Habituellement, rapport entre l'épaisseur au point de frappe et le diamètre. Pour certains, c'est aussi le diamètre divisé par quinze.


Bouche :
Partie inférieure et béante de la cloche, au niveau de la pince.


Boule :
Boule du battant.


Bourdon :
Très grosse cloche de plus de 10 tonnes. Par extension, désigne la cloche la plus grave d'une sonnerie.


Bourre :
Amas de poils incorporé aux terres utilisées dans la fabrication des moules.


Bouse :
Levure naturelle des terres à cloches ( voir crottin).


Braillard :
Cloche servant à sonner le tocsin. Sa forme volontairement déformée donne un son désagréable et anxiogène.


Brasière :
Foyer d'un four à bois.


Bride d'anse double :
Voir brides.


Bride d'anse mère :
Voir Brides


Brides :
Ensemble de pièces métalliques qui attachent la cloche à sa monture, à une poutre.


Brides d'anse simple :
Voir Brides


Brimballer :
Faire sonner les cloches en les basculant. On trouve également "brinbaler", "bringuebaler", "brinquebaler"...


Brique réfractaire :
Brique résistant à la chaleur et servant à construire le corps du four. Elle peut aussi servir d'ossature au noyau (ou moule intérieur de la cloche).


Brisure :
Pièce métallique assurant la dilatation et l'allongement des tringles d'entraînement des aiguilles d'un cadran.


Brochette :
Gabarit du saintier, ou étalon des mesures des cloches.


Bronze :
Bronze de cloche: alliage composé de 78% de cuivre et 22% d'étain.


Brûleur :
Sert à allumer le four. Il peut être à gaz ou à fuel.


Buis :
Bois sans fil permettant une gravure parfaite. Il sert à fabriquer les matrices - en creux et à l'envers - des lettres, effigies, blasons ou frises qui orneront la cloche.


Bulle :
Bulle d'air incluse dans le métal, toujours très petite, considérée comme un défaut.


C
Cadran :
Monumental de clocher, de Mairie....


Calibre :
Voir Brochette


Campanaire :
Désigne tout ce qui a trait aux cloches.


Campane :
Ancien nom désignant la cloche, de l'italien campana : cloche.


Campanie :
Province italienne connue comme le berceau des cloches occidentales et chrétiennes, à l'origine des mots campanaire, campane, campanile, campaniste...etc.


Campanile :
Clocher de forme carrée ou ronde bâti à côté d'une église ou la surmontant, mais ne faisant pas partie de l'édifice. Les campaniles furent très répandus à la Renaissance, notamment en Italie. On en trouve également un grand nombre en Provence, où ils ont la particularité d'être en fer forgé.


Campaniste :
Spécialiste, technicien, ouvrier de l'art campanaire.


Carapace :
Nom donné au moule extérieur de la cloche. Composée de terre argileuse (chamote) armée de chanvre, la carapace porte, en creux et à l'envers, les empreintes des décorations qui orneront la cloche. Après chaque coulée, ce moule est détruit pour libérer la cloche, lors du décochage.


Cardan :
Genouillère en acier permettant la rotation de deux tiges non alignées.


Carillon :
Ensemble de plusieurs cloches permettant de jouer des mélodies. La guilde européenne des carillonneurs définit qu'un carillon doit comporter un minimum de 23 cloches accordées et jouées sur un clavier manuel.


Carillon d'autel :
Ensemble de trois ou quatre clochettes liturgiques sonnant notamment à l'élévation.


Carillonner :
Art de faire sonner les cloches et, plus spécialement, les cloches d'un carillon.


Carillonneur :
Personne experte dans l'art de carillonner.


Carneau :
Conduit d'un four évacuant les fumées.


Cassitérite :
Minerai d'étain.


Cassure :
Fente. Voir félure


Centième :
Unité de mesure de la précision d'une note. Il ya cent centièmes dans un demi-ton.


Cerveau :
Partie supérieure de la cloche.


Chambre des cloches :
Etage du clocher ou du beffroi où se trouve rassemblées les cloches.


Chamote :
Terre spéciale entrant dans la fabrication des moules de fonderie statuaire et dans celle du moule de la cloche.


Change ringing :
Art de sonner des cloches selon une structure rythmique mathématématique appelée "change". Né en Angleterre au 17ème siècle, ce type de sonnerie diffère de la plupart des autres modes de sonneries en ce que son but n'est pas de produire une mélodie reconnaissable.


Chanterelle :
Petite ritournelle annonçant la sonnerie des heures, des quarts ou de la demie.


Chanvre :
La filasse de chanvre sert à renforcer le moule extérieur de la cloche, appelé carapace ou chape. La plupart du temps, le chanvre est aujourd'hui remplacé par du lin. On peut aussi utiliser des poils de chèvre.


Chape :
Moule extérieur de la cloche, composé d'une carapace et d'un châssis.


Chape cuir :
Large lanière de cuir qui sert à suspendre le battant à la bélière (porte-battant).


Chape fer :
Fer plat courbé pour renforcer la chape de cuir.


Charbon :
Combustible d'un four ou d'une forge.


Charbon de bois :
Combustible pour sécher les moules d'une cloche.


Charge :
Ensemble des métaux que l'on enfourne dans le four.


Chasse :
Prolongement du battant à la base de la boule. Son rôle est de faciliter la projection de celle-ci contre la cloche.


Châssis :
Les 2 moules, la carapace (moule extérieur) et le noyau (moule intérieur) sont emballés dans un volume de sable, retenu par une enveloppe ou gabarit métallique : le châssis.


Cheminée :
De son tirage, dépend le rendement du four.


Chenal :
Petit ruisseau en sable réfractaire qui conduit le métal en fusion de la gueule du four au trou de coulée des cloches.


Cheville :
Partie horizontale, démontable et ronde que l'on trouve dans certains porte-battant.


Chromite :
Sable utilisé pour renforcer certains moules.


Cire :
La cire d'abeille est utilisée pour fabriquer les inscriptions, les lettres, les effigies, les décors, les frises, les blasons figurant sur la cloche.


Cire perdue :
Procédé très ancien permettant, dans la fonte des cloches, de faire apparaître, en creux et à l'envers, sur la paroi intérieure du moule extérieur, tous les décors qui figureront sur la future cloche, de manière à ce que ceux-ci apparaisent en relief et à l'endroit. Ce procédé est également utilisé dans la bijouterie.


Clarine :
Petite cloche en bronze au profil mince que l'on pend au cou des vaches dans les alpages. Son procédé de fabrication (moulage au sable) est différent de celui des cloches d'églises et de carillon (cire perdue).


Clavier d'étude :
Identique au clavier manuel de tour, mais non relié à des cloches, ce clavier a été développé pour permettre aux carillonneurs de s'entraîner. Il est généralement relié à un métalophone ou à des clochettes de verre.


Clavier manuel :
Clavier en bois dont le carillonneur se sert pour jouer les cloches d'un carillon, en se servant de ses poings ou du tranchant de ses mains, d'où son nom de clavier "à coups de poing". Outre les touches supérieures en forme de bâtons, les claviers des carillons monumentaiux sont équipés d'un pedalier. Chaque touche du clavier supérieur ou du pédalier est reliée au battant de la cloche correspondante par un système de transmission, autrefois simple tringlerie de fer, désormais transmission en fibre de carbone, pour plus de vélocité et de virtuosité.


Clipotiaux :
Ancien nom donné aux petits maillets de bois servant à tinter les cloches (voir Marteau).


Cloche banale :
Egalement désignée sous le nom de "bancloche", cette cloche servait à convoquer les habitants d'une ville ou d'un village afin d'annoncer une nouvelle importante.


Clochette :
Petite cloche


Coefficient d'épaisseur :
C'est un rapport entre le diamètre et le bord. En fait, ce coefficient est peu fiable car il est lui-même une variable assez grande.


Coefficient de fréquence :
Rapport entre la fréquence fondamentale d'une cloche et son diamètre.


Coefficient de poids :
Rapport entre le poids d'une cloche et la fréquence de sa note fondamentale.


Coke :
Sous forme de grosse éponge, sert à absorber les gaz dissous dans le métal.


Colombette :
Voir anses et couronne.


Combustible Bois :
Un des combustibles d'un four de saintier. Le rendement énergétique est très bon. Une livre de bois pour un kilo d'airain.


Combustible Electricité :
Energie employée pour des fours de très petite capacité dans l'activité campanaire: cloches souvenirs, cloches pour animaux.


Comma :
Intervalle musical non appréciable à l'oreille qui sépare deux notes enharmoniques : Mi# et Fa ou Do# Ré bémol.


Compas de traçage :
Outil fondamental fu fondeur. Les verges de ces compas peuvent mesurer jusqu'à 8 mètres.


Conducteur de four :
Spécialiste dans la conduite d'un four, le conducteur de four doit savoir régler une allure oxydante ou réductrice.


Contrepoids de battant :
Masse réglable fixée au-dessus de l'axe de rotation du battant dans le système de rétrolancé. Elle a pour objet d'éviter au battant de parcourir trop d'espace dans la cloche, rallongeant ainsi la durée de vie de cette dernière.


Contrepoids de joug :
Masse située au-dessus d'une monture pour régler la cadence et la force de frappe du battant. Toutcomme le contrepoids de battant, elle permet d'améliorer la longévité de la cloche.


Corbeau :
Terme d'architecture désignant une saillie en pierre, en béton, sur laquelle on fait reposer l'extrémité d'un sommier.


Cordon :
Ligne (méridienne) séparant plusieurs espaces de la cloche.


Coulée :
Action de remplir le moule de la cloche métal en fusion.


Couronne :
Voir anses et colombette.


Crapaudine :
Pivot du pal : portée métallique en bronze permettant la rotation du pal.


Crasse :
Terme général désignant le laitier qui protège le métal en fusion de l'oxydation.


Creuset :
Récipient en graphite, dans lequel on fond et on transporte le métal. Son rendement (perte au feu) est excellent: quelques %.


Croix de St André :
Pièces de bois assemblées en forme de X (croix de St André), reliant les deux fermes d'un beffroi. Voir ralliement.


Crottin :
Levure naturelle des terres à cloches ( voir bouse)


Cuillère de l'Ave :
Grosse cuillère en bois ou fer qui permet, par un dispositif de poulies, de projeter le battant (de volée) contre la cloche.


Cuivre :
Composant principal de l'alliage des cloches (74% à 78%). Symbole chimique : CU.


D
Damoir :
Outil permettant au fondeur de tasser le sable enveloppant le moule de la cloche afin de le renforcer pour que celui-ci n'éclate pas au moment de la coulée.


Décocheur :
C'est la personne qui vide la fosse, ouvre les châssis et casse les moules après la coulée.


Décroissance :
Voir: Amortissement


Dégazage :
Opération métallurgique consistant à extraire les gazs présents dans le métal en fusion en y injectant de l'azote.


Demi-ton :
Espace entre 2 notes consécutives d'une gamme chromatique : Do et Do#.


Démoulage :
Action de séparation des moules après leur fabrication: chape, fausse cloche, modèle, noyau.


Densité :
Rapport entre volume et poids: 8,6 pour l'airain.


Dissonance :
Réunion de sons dont la simultanéité ou la succession est désagréable à l'oreille.


Double Octave :
Noté élevée d'un des partiels de la cloche dont la fréquence est le double de l'octave.


Double Quinte :
Note élevée d'un des partiels de la cloche dont la fréquence est le double de la quinte.


E
Echantillon :
Avant la coulée, le maître fondeur prélève un échantillon de métal pour en vérifier la qualité (voir Louche).


Ecluse :
Plaque métallique qui régule l'arrivée du métal dans les chenaux.


Efforts :
La cloche, quand elle se balance, produit un effort qui se décompose en 2 : un effort vertical et un effort horizontal.


Efforts horizontaux :
L'effort horizontal d'une cloche sonnant en mode lancé est de 1,5 fois son poids. Pour les autres systèmes, l'effort est de 0,8 fois le poids.


Efforts verticaux :
L'effort vertical d'une cloche sonnant en mode lancé est de 3 fois son poids. Pour les autres sytèmes, il est de 1,5 fois son poids.


Electricien :
Personne spécialiste des moteurs de volée, des tintements et des appareils de contrôle de l'horloge, de l'automate, du coffret de commande des cloches.


Electro-aimant :
Voir : Tintement


Emmanchement :
Equipe la planche à trousser de son pal.


Etain :
Composant de l'alliage des cloches : 22 à 24%. Symbole chimique : SN.


Events :
Orifices permettant à l'air enfermé dans le moule et aux gaz dissous dans le métal en fusion de s'échapper.


F
Facteur de carillons :

Nom donné aux fondeurs de cloches maîtrisant la technique d'accordage qui leur permet de fabriquer des carillons composés de cloches parfaitement justes et harmonieuses.

Fardier :
Chariot pour transporter les poutres des beffrois.


Fausse cloche :
Moule intermédiare et temporaire, ayant la forme exacte de la future cloche. Ce moule sert de support à la fabrication de la carapace.


Faussure :
Partie intermédiaire de la cloche, où celle-ci commence à s'élargir.


Fêler :
Action de casser une cloche, soit par le battant, soit par une action extérieure ( chute d'une poutre, balle ,obus...).


Fêlure :
C'est une fente qui détériore la cloche. La plupart du temps, une fêlure est causée par une mauvaise frappe du battant, mais cela peut également résulter d'une cause extérieure.


Ferme :
Partie verticale d'une charpente, d'un beffroi. Les paliers d'un joug reposent sur 2 fermes parallèles.


Ferrure :
Voir : Brides


Filasse :
Chanvre peigné entrant dans la fabrication de la carapace ou moule extérieur de la cloche. Aujourd'hui très difficile à trouver (sous sa forme inoffensive...) et remplacé par de la filasse de lin.


Fondamentale :
Deuxième partiel (note) de la cloche et sa note principale.


Fondeur :
Professionel de la fonderie de cloche qui doit maîtriser tous les aspects de la profession.


Fonte :
Action de fondre. Se dit aussi pour les alliages ferreux ou encore pour l'art. C'est le travail du fondeur.


Fosse de coulée :
Creusée devant le four, la fosse de coulée reçoit habrite les moules des cloches devant être coulées.


Four à creuset :
Four dans lequel le métal est contenu dans un récipient du même nom. Le combustible est variable : gaz, fuel, charbon de forge, et aussi électricité.


Four basculant :
C'est un four qui bascule pour faire couler le métal. Il peut-être à sole ou à creuset.


Four réverbère :
Ce four a une partie basse (sole) qui reçoit les lingots de métal et une partie haute (voûte) qui concentre, reverbère les flammes sur le métal.


Four rotatif :
Comme son nom l'indique, ce four est circulaire. La partie en contact avec le métal est tour à tour : sole et voûte.


Fréquence :
Nombre de vibrations par seconde d'une note. S'exprime en hertz.


Frettes :
Pièces métalliques, circulaires ou rectangulaires, qui fixent les 2 tourillons aux 2 extrémités du joug.


Fuite :
Accident de coulée quand un moule, mal fermé, cède sous la pression du métal liquide.


Fusion :
Action de fondre un métal sous l'effet de la chaleur.


G
Gamme :
Ensemble de notes contenues dans une octave (doublement de la fréquence).


Gamme chromatique :
Succession des différentes notes d'une échelle chromatique, sur l'étendue d'une octave. La gamme chromatique comporte des altérations appelées dièses et bémols. Chaque note (ou degré) de la gamme chromatique est séparée de la suivante par un demi-ton. Exemple de gamme chromatique : do - do# - ré - ré# - mi - fa - fa# - sol - sol# - la - la# - si (do).


Gamme diatonique :

Succession des différentes notes d'une échelle diatonique, sur l'étendue d'une octave. Sa structure est la suivante : 1 ton - 1 ton - 1/2 ton - 1 ton - 1 ton - 1 ton - 1/2 ton. Exemple de gamme diatonique : do - ré - mi - fa - sol - la - si (do).

Gaz :
1. Combustible utilisé pour la fusion du bronze. 2. Lorsqu'il s'agit de gazs  présents dans le métal en fusion, ceux-ci sont considérés comme des impuretés. On procède alors au dégazage du métal.


Gerce :
Défaut


Glas :
Sonnerie grave et funèbre annonçant un décès. Par extention, le glas désigne également la cloche utilisée pour cette sonnerie. Celle-ci a un profil particulièr, donnant un son très mélancolique, voire lugubre.


Gong :
Instrument à percussion d'origine chinoise et très répandu en Asie. On recherche plus un effet sonore (souvent puissant) qu'une note musicale.


Goupille :
Les chapes fer et cuir du battant sont fixées par deux écrous munies de goupille de sécurité. Voir Chape fer et Chape cuir.


Grain :
Qualité d'un échantillon de métal : le grain doit être serré.


Grain d'orge :
L'oscillation de certaines cloches se fait à l'aide d'un couteau reposant sur un grain d'orge très dur.


Grelot :
Petite clochette de forme sphérique, creuse, en bronze, en acier ou en laiton, contenant une bille de métal ou d'argile (voire même un simple caillou) qui vient fapper la clochette au moindre mouvement.


Grelottière :
Lannière de cuir ornée de grelots, fixée au collier d'une bête de somme. En Auvergne, bracelet garni de grelots que certains danseurs de bourrée fixent à leurs chevilles ou à leurs genoux.


Guide corde :
Pièce en porcelaine assurant le guidage de la corde servant à faire sonner une cloche avec le minimum de frottement et d'usure.


H
Handbells :
Ensemble de clochettes à main en bronze, avec un manche souple en cuir ou en plastique, accordées de manière chromatique.


Harmonicité :
Se dit d'un son dans lequel les harmoniques (partiels) sont rigoureusement des multiples entiers du son fondamental.


Harmonie :
Accord et équilibre entre les différents partiels qui composent le timbre (voix) d'une cloche.


Harmoniques :
Nom donné en musique aux différentes notes produites par un instrument lorsque celui-ci entre en vibration et constituant son timbre. Dans le cas de la cloche, instrument inharmonique, on préfère le terme de partiel à celui d'harmonique. Le timbre de la cloche est composé de 5 partiels audibles à l'oreille, dont la particularité est de former un arpège mineur. Chaque partiel doit être minutieusement accordé afin d'obtenir une belle sonorité (voir Accordage).


Horloge :
Les cadrans monumentaux des édifices sont entraïnés par des horloges mécaniques ou électriques.


Hum :
Partiel le plus grave du timbre de la cloche.


Hydrogène :
Gaz dissous quelquefois dans un métal. Il est éliminé par le dégazage à l'azote.


I
Impureté :
Elémént étranger présent dans un alliage défini.


Inclusion :
Voir Impureté.


Inharmonique :
Se dit d'un son dont les harmoniques (partiels) ne sont pas des multiples entiers du son fondamental. Exemples : le piano, la cloche...


J
Jacquemart :
Automate d'art sonnant les heures sur une cloche à l'aide d'un petit marteau, au sommet d'un clocher ou d'un beffroi ajouré.


Jambe :
Partie allongée du battant située entre le point de suspension et la boule.


Jet ou attaque de coulée :
Conduit, à l'intérieur et au sommet du moule de la cloche, par lequel le bronze en fusion remplit l'empreinte laissée par la fausse-cloche. Il est généralement situé sur la couronne ou l'anse-mère.


Joug ou Mouton :
Pièce de bois ou de métal qui supporte la cloche et permet sa mise en volée selon un axe de rotation (voir Mouton et Monture).


L
Laitiers :
Additifs liquides ou pateux déposés volontairement sur le métal pour le protéger de l'oxydation.


Lanterne :
Espace vide à l'intérieur du noyau.


Levure :
Elément naturel incorporé aux terres composant le moule extérieur de la cloche pour lui donner de la porosité.


Lin :
Peignée, la filasse de lin remplace celle de chanvre.


Lingot :
Masse de métal d'environ 40 kilos pour l'étain et 20 kg pour le cuivre.


Lingotière :
Moule permettant de fabriquer des lingots de cuivre, d'étain ou de bronze.


Louche :
Instrument en acier (il fond à plus de 1500°C) permettant de prélever du métal ( à 1200°C) dans le four (voir Echantillon).


M
Maïtre Fondeur :
Titre honorifique donné à un fondeur de cloches en raison de sa grande expérience et de sa parfaite maîtrise des différents aspects de la fabrication d'une cloche (voir Fondeur).


Maîtresse anse :
Anse principale, coulée dans la masse, située au centre de la cloche et reliant les anses latérales au sommet de la cloche (voir Anse mère).


Marteau :
Masse métallique ajusté à la taille de la cloche venant frapper l'intérieur ou l'extérieur de la cloche lors de la sonnerie des heures ou lors des sonneries liturgiques. Le marteau est généralement actionné par une bobine électro-magnétique ou, dans le cas des carillons manuels, par un système de tringlerie.


Matrice :
Pièce de bois, sculptée en creux et à l'envers, permettant de réaliser les effigies et décorations en cire qui viendront orner la future cloche (voir Buis et Cire perdue).


Meule :
Deux significations : Meule à polir ou Embase en brique des moules de la cloche.


Mingoon Bell :
Cloche asiatique monumentale de 88 tonnes, coulée à Mandalay (Birmanie) en 1790, la Mingoon Bell est aujourd'hui la plus grosse cloche du Monde (à poste fixe) en activité. Dépourvue de battant, elle est frappée de l'extérieur au moyen d'un énorme madrier de bois.


Minuterie :
Ensemble d'engrenages qui assure la démultiplication de 1/12 entre l'aiguille (grande) des minutes et celle des heures (petite).


Modèle :
Dans certain cas, la fausse cloche est remplacée par un modèle en aluminium ou en bronze de même profil que la future cloche et qui servira de support à la réalisation du moule extérieur.


Monocorde :
Vieil instrument à corde donnant un son de référence utilisé autrefois pour contrôler ou accorder le son de la cloche.


Monteur :
Personne dont le travail consiste à hisser les cloches dans la chambre des cloches et à assurer leur mise en place dans le beffroi.


Monture :
(voir Joug et Mouton)


Moteur de tintement :
Moteur électrique actionnant un marteau permettant le tintement de la cloche. Utilisé pour la sonnerie des heures, de l'angélus...etc, ou lorsque la taille ou la structure du clocher ou du beffroi ne permettent pas la mise en volée des cloches.


Moteur de volée :
Moteur électrique avec un servomécanisme permettant la mise en volée de la cloche.


Moulage :
Fabrication d'un moule ( voir Cire perdue).


Mouleur :
Personne spécialisée dans la fabrication des différentes parties du moule de la cloche : chape, carapace, emballage, moule des anses, noyau.


Mouton :
Voir Joug ou Monture.


Musicalité :
Harmonisation des partiels entre eux, qualité musicale de la cloche.


N
Noeud :
Les vibrations des notes d'une cloche créent des déplacements qui s'organise en noeuds et ventres.


Nole :
Ville de Campanie, en Italie, rendue célèbre par son évèque Saint Paulin, à qui l'on doit l'introduction de la cloche dans la liturgie chrétienne et la propagation de son usage en Europe.


Normes :
Il existe des normes à respecter entre les nuances des partiels.


Note :
Symbole solfégique permettant la représentation des deux principales caractéristiques d'un son musical : hauteur et durée. Par extention, nom donné à cette note (Exemples : do ré mi fa sol la si do). La note donnée par la cloche est connue dès le choix de son profil, et bien avant sa réalisation. En réalité, on devrait parler des notes de la cloche puisque celle-ci possède 5 harmoniques audibles. Lorsque l'on parle de la note de la cloche, ce mot désigne la note principale ou Fondamentale, qui donne son nom à la cloche. On parle alors d'un La 3, d'un Sol# 4 ou encore d'un Do 6 pour désigner les cloches donnant respectivement ces notes. (voir Fondamentale)


Noyau :
Moule en brique et en terre réfractaires (méthode traditionnelle), ou en sable résineux (méthode du modèle), centré à l'intérieur de la carapace (moule extérieur). Il représente et ménage l'espace vide à l'intérieur de la future cloche, permettant à celle-ci de résonner.


Noyauteur :
Personne dont le travail consiste à réaliser les noyaux (voir Noyau).


Nuance :
En campanologie, écart entre la note juste et la note constatée lors de l'accordage. S'exprime en Seizièmes de demi-ton ou en Centièmes. Selon les normes et les pays, les tolérances sont diverses (voir Accordage).


O
Octave :
Intervalle entre deux notes dont la fréquence est double (La3 440 Hz et La4 880 Hz).


Octave inférieure :
Autre nom donné au Hum et constitituant l'un des harmoniques du timbre de la cloche.


Octave supérieure :

Harmonique le plus aigu entrant dans la composition du timbre de la cloche.



Ouvreau :
Support des brûleurs. Voir Carneau.


Oxydes :
Oxydes métalliques qui se forment lorque la combustion est mal réglée. Les oxydes doivent être éliminées avant la coulée.


P
Pal :
Axe de fort diamètre qui permet la rotation de la planche à trousser.


Paliers :
Le balancement de la cloche se fait sur 2 paliers à 2 tourillons encastrés ou soudés au joug.


Panse :

Voir Faussure.



Partiel :
Notes composant le son d'une cloche. On peut en étudier plus d'une centaine, mais seuls cinq sont audibles à l'oreille). Leur connaissance est indispensable à la mise au point d'un tracé de cloche.


Peau :
Surface du métal quand il se solidifie.


Pédalier :
Clavier à pédales joué, à la manière d'un orgue, avec les pieds par le carillonneur. Il complète, sur les grands carillons monumentaux, le clavier manuel dit "à coups de poing" (voir Clavier manuel).


Phosphore :
Fluidifiant du bronze en fusion.


Pince :
Arrête au bas de la cloche. On mesure le diamètre d'une cloche à la pince.


Piqûre :
Défaut apparaissant sur la peau d'une cloche après refroidissement et démoulage lorsque le bronze en fusion à subi une inclusion (voir Inclusion de gaz).


Planche à trousser :
Surface plane en bois ou en métal sur laquelle le saintier trace le profil de la cloche avant de découper le profil intérieur qui servira à trousser le noyau et le profil extérieur qui servira à trousser la fausse-cloche.


Plateau :
Sommet plat ou légèrement arrondi de la cloche. Les anses, s'il y en a, partent du plateau.


Poche :
Récipient en terre, en briques ou en ciment réfractaire, permettant de transporter du métal en fusion.


Point de frappe extérieur :
Le point de frappe extérieur est l'endroit où doit frapper le marteau de la cloche, généralement piloté par une horloge. Il est situé à l'endroit le plus épais de la cloche.


Point de frappe intérieur :
Le point de frappe intérieur est l'endroit où vient frapper le battant. Il est situé à l'endroit le plus épais de la cloche.


Pointe à tracer :
Elle sert à graver des gabarits ou à écrire sur la planche à trousser.


Polisseur :
Personne en charge de polir la cloche avec des brosses spéciales, après le sablage.


Porte :
La porte d'un four doit être solide, étanche aux gaz et réfractaire.


Porte battant :

Voir Bélière.



Poste fixe :
Cloche qui ne se balance pas.


Potée :
Mélange plus ou moins liquide d'argile et de terres, déposé en couches successives pour fabriquer la carapace (moule extérieur).


Purin :
Ferment naturel utilisé autrefois dans la fabrication du moule extérieur de la cloche.


Q
Quadrillon :
Ancêtre du carillon, ensemble de quatre cloches harmonisées et jouées sur un petit clavier.


Quenouille :
Outil métallique en forme de fuseau fermant l'orifice du bain de coulée jusqu'à ce que celui-ci soit rempli.


Quinte :
Comme son nom l'indique, partiel ayant un rapport de quinte avec la Fondamentale entrant dans la constitution du timbre de la cloche (voir Harmonique).


R
Ralliement :
Voir Croix de St André.


Réactions :
Voir Efforts.


Réceptrice :
Moteur électrique recevant les impulsions de l'horloge mère faisant avancer les aiguilles toutes les minutes ou 1/2 minutes.


Remoulage :
Voir : démoulage. Cela consiste à remettre la chape sur le noyau en vérifiant le bon centrage, sans basculement.


Résonance :
Il y a résonance entre 2 notes lorsque leur fréquence est la même.


Retour :
Métal en surplus après la coulée, dans les évents, les bains de coulée ou les cheneaux.


Retrait :
Phénomène métallurgique lors duquel le volume de métal liquide diminue (retrait) en se refroidissant et induit des forces colossales sur le noyau qui doit résister.


Rinceaux :
Ornements répétitifs en forme de feuillages réalisés en cire à partir de matrice et placé sur la fausse-cloche en même temps que les effigies et inscriptions.


S
Sable :
Matériau utilisé dans la fabrication du moule de la clocche (noyau, moule des anses...etc). On distingue le sable naturel, mélange de silice, d'argile et d'eau, et le sable autodurcissant, mélange de silice de résine et d'un catalyseur. Ce dernier durcit par réaction chimique.


Sableur :
Le sableur projette du sable à haute pression pour décaper les cloches après leur décochage.


Sacristain :
Egalement désigné sous le nom de bedeau (lorsqu'il existe encore...), il s'occupe de la sacristie et de la sonnerie des cloches.


Saintiers ou Sainctiers :
Ancien et joli mot du Moyen Age déignant le fondeur de cloches. Vient du latin : signum et signifie fabriquant de choses saintes.


Sciure :
Utilisé comme le crottin.


Sculpteur, Graveur :
Le sculpteur doit réaliser les moules en buis, en creux et à l'envers, servant d'empreintes aux ornements, effigies et décorations diverses .


Seizième :
Unité de mesure de la précision d'une note. Il y a 16 seizièmes dans un demi-ton. Voir centième.


Siète :
Pièce centrale d'une aiguille permettant le raccord entre l'axe et le corps de l'aiguille.


Silicium :
Métal qui a été employé puis abandonné pour la fabrication du bronze de cloche.


Sole :
Partie du "four revverbère" qui contient le métal.


Sommier :
Poutres (2) sur lesquelles reposent les extrémités des fermes d'un beffroi.


Sonnaille :
Cloche ou clochette de cuivre, de laiton ou d'acier martelé, que l'on attache au coup des vaches dans les alpages.


Sonnerie :
Mise en résonance de la cloche permettant de marquer les heures, les quarts, la demie...etc. Il existe différents types de sonneries : sonnerie "à poste fixe", on parle alors de tintement, sonnerie "à la volée", quand la cloche se balance, lancé, lancé-franc, rétrograde...


Sonnerie d'appel :
Ritournelle populaire ou liturgique tintée sur les cloches et précédant la sonnerie de l'heure, du quart ou de la demie.


Sonneur :
Personne qui est chargée de sonner les cloches.


Sonorité :
Sa beauté est due principalement trois facteurs : la qualité du profil propre à chaque fondeur, la qualité du métal (compétences métallurgiques du fondeur) et la qualité de l'accordage (voir Accordage).


Surjoug :
Art populaire du sud-ouest de la France (seconde moitié du XIXème siècle). Carillon d'attelage en bois, en forme de fuseau ajouré et coloré, abritant un ensemble de petites clochettes. On le plaçait autrefois sur le joug unissant deux animaux de bât pour stimuler leur marche.


Système lancé :
Système de sonnerie dans lequel le joug est droit et le battant frappe la cloche en haut, quand elle est à son point de balancement le plus haut.


Système permutation :
C'est le change ringning anglais. permet d'exécuter des séries de permutations (voir Change ringing).


Système piqué :
Le joug est équilibré, le battant petit, la cloche est arrêtée à l'envers (Lyon).


Système rétrograde :
Le joug est équilibré, le battant fixé au sommet de la cloche, le battant tombe sur la cloche.


Système rétrolancé :
Le joug est cintré, le porte battant est désaxé, le battant a un contrepoids et frappe la cloche vers le haut.


Système rétromitigé :
Le joug est cintré, le porte battant désaxé, le battant tombe sur le point de frappe bas.


T
Tableau de clocher :
Tableau électrique normalisé qui regroupe toutes les arrivées et départs électriques vers les volées et tintements.


Tampon :
Masse métallique en forme de bélier pour ouvrir et réguler le flot du métal lors de la coulée.


Température de fusion :
Cette température est très importante pour la qualité de la cloche, sonorité, musicalité, timbre. Elle oscille entre 1000 et 1200 °C, en fonction du poids de la cloche.


Terre à crépir :
Argile en motte malléable servant au montage du noyau.


Terre(s) :
Terme général pour désigner tous les mélanges minéraux entrant dans la fabrication des moules de cloche.


Tierce mineure :
Troisième harmonique (ou partiel) de la cloche, 1 ton 1/2 plus haut que la note Fondamentale. Cet harmonique donne à la cloche son timbre mineur si particulier, mélancolique.


Timbre :
C'est le dosage en intensité et en décroissance des différents partiels, propre à chaque instrument de musique. On reconnait à leur timbre, les cloches d'un même Fondeur.


Tintement :
Moteur électrique qui assure la sonnerie au coup par coup de la cloche (voir électroaimant).


Tintenelle :
Petite cloche de bronze munie d'un manche et portée en tête d'une procession funéraire par un tintenellier (voir Tintenellier).


Tintinnabuler :
Résonner comme une clochette, comme un grelot.


Tintorelles :
Petites cloches, accordées entre elles, généralement à poste fixe, dont les ritournelles précède la sonnerie de l'heure, du quart ou de la demie. Elles accompagnent souvent une cloche plus grosse, destinée à la sonnerie des heures (voir Chanterelle).


Tirant :
Pièce de renfort d'un beffroi, d'un clocher, d'un édifice (voir Brides).


Tocsin :
Cloche dissonante servant à donner l'alarme, annoncer un incendie, un danger... (voir Braillard).


Tolérance :
Voir Précision.


Toupin :
Sonnaille provençale en acier.


Tourillons :
Axes terminant les 2 extrémités d'un joug.


Tracé :
Courbes constituants le volume et la forme d'une cloche. Chaque Fondeur posséde plusieurs tracés qui lui sont propres et qui donnent à ses cloches une sonnorité reconnaissable entre toutes. Cette sonorité est sa propriété intellectuelle.


Tracé extra mince :
C'est l'inverse du tracé extra lourd. On "déclasse" de un ton. Sol3= 450kg.


Tracé lourd :
Tracé plus épais, permettant d'améliorer la qualité musicale d'une cloche, en particulier pour les cloches de carillon. Habituellement, le tracé lourd (TL) est renforcé de 1/2 ton. Le Sol 3 (TL) pèsera environ 750 kg.


Tracé mince :
Ce tracé est utilisé pour les cloche de propriété. Il permet de rendre la cloche moins puissante, pour un usage de proximité. Le tracé mince est allégé de 1/2 ton. Le Sol3 TM pésera environ : 550kg.


Tracé normal :
C'est le tracé que le fondeur emploie le plus souvent. Le profil normal est variable d'un fondeur à l'autre.


Tracé renforcé :
On désigne sous cette appellation tous les tracés intermédiaires entre le super lourd et extra mince.


Tracé spéciaux :
On peut ranger dans cette catégorie les tracés des cloches de carillon, le tracé des cloches en tierce majeure, en sixte....


Transmission :
Ensemble des dispositifs qui transmettent le mouvement de la touche (pédale) au battant du carillon.


Traverse :
Pièces en fer plat où s'attachent les brides.


Trillonner :
Selon divers manuscrits, le carillon aurait fait son apparition vers le XIème siècle. Au commencement, il ne s'agissait que de trois ou quatre cloches qui donnèrent les termes "trillonner" et "quadrillonner".


Tringlerie d'horloge :
Tringles métalliques qui relient l'horloge aux minuteries.


Tringlerie de carillon :
Tringles métalliques ou fibres de carbone qui relient les touches du clavier manuel aux battants des cloches d'un carillon.


Trou à cloche :
Trou réservé dans les planchers de chaque étage d'un clocher.


Trou de l'Ave :
Trou percé à la base de la chasse pour y attacher une corde à fin de pouvoir tinter au coup par coup.


U
Unisson :
Même son, même note, même fréquence.


V
Ventre :
Opposé à noeud (voir Noeud).


Voie :
Espace entre deux fermes d'un beffroi.


Volée tournante :
Système de sonnerie dans lequel le joug est équilibré, très rarement cintré et où le battant, très petit, frappe 2 fois la cloche dans une rotation complète de la cloche sur elle-même.


Voûte :
Partie d'un four réverbère qui concentre l'énergie sur le métal.